COMMENT MESURER LE BONHEUR AU TRAVAIL ?


Le bonheur de l’employé est aujourd’hui au cœur de la culture d’entreprise en tant que facteur majeur de croissance. De plus en plus de patrons l’ont compris et ajustent leur mode de fonctionnement pour garder leurs employés aussi heureux que possible. Mais pour prendre les bonnes décisions, encore faut-il savoir comment mesurer le bonheur au travail ?

Dans quel but ?

Rétablissons d’abord un fait : le bonheur au travail n’est pas une chimère, il existe vraiment ! C’est un élément central de la vie d’une entreprise, qu’il est nécessaire de mesurer d’ailleurs. Mais avant de se demander comment procéder à cette introspection, la question qu’il est pertinent de poser est : dans quelle optique le fait-on ?

Par altruisme

Vérifier qu’un individu est heureux dans sa profession reste une base du savoir-vivre en entreprise. A-t-on vraiment besoin de le préciser ? D’un point de vue humain, mesurer le bonheur au travail est plus que pertinent, il est essentiel.

Les employés ne sont pas des robots qui s’exécutent ni plus ni moins. Ce sont des personnes que l’on côtoie régulièrement. Voir un travailleur pleurer dans son coin ou qui s’isole déclenche en général une sollicitude particulière. Par contre, il n’est pas toujours évident d’en parler avec la personne concernée.

Mettre en place des outils pour mesurer le bonheur au travail permet de préserver la pudeur ou la gêne d’un employé. Cela va lutter contre le surmenage professionnel et peut-être permettre à la personne de se confier plus librement.

Baromètre santé de l’entreprise

D’un point de vue affaires, notons que la simple démarche de mesurer le bonheur au travail prouve aux employés qu’ils ont de la valeur aux yeux de l’entreprise et qu’ils sont inclus dans l’équation professionnelle.

Mesurer le bonheur au travail permet aussi aux patrons de savoir si la santé de leur entreprise est au beau fixe. Les employés heureux sont 31% plus productifs selon une étude de la Harvard Business Review. Et qui dit productivité, dit rentabilité sur le long terme. Ça vaut le coup de s’intéresser à ses employés, n’est-ce pas ?

Appliquer des stratégies simples pour améliorer le bien-être au travail est profitable pour l’entreprise. En mesurant le bonheur des employés, les patrons et les CHO (Chief Happiness Officer ou responsable du bonheur) apprennent non seulement à préserver la santé mentale et physique des travailleurs, mais également à mieux comprendre les maux de l’entreprise et y remédier avant l’irréparable.

Identifier les indicateurs de bonheur

En y regardant de plus près, il est possible de repérer rapidement les signes de bien-être des employés par de simples constats :

  • La présence aux 5 à 7 virtuels ou aux événements communs
  • La participation aux canaux de discussion « détente » de l’entreprise (les chats off-topic)
  • Le taux d’absentéisme
  • L’engagement et la contribution lors des réunions
  • Le renouvellement du personnel dû au climat interne de la compagnie

La liste n’est pas exhaustive mais vous permet à vous, les employeurs, d’établir une première estimation du degré de bonheur à l’échelle de l’entreprise et d’agir en conséquence.

Par exemple, si un employé d’ordinaire chaleureux s’isole de plus en plus en mangeant seul, c’est peut-être l’expression d’un mal-être. Pour régler cela, pas besoin de longs questionnaires, proposez un lunch d’entreprise ! Vous resserrerez les liens de l’équipe autour d’un bon repas.

Précisons tout de même que ce n’est pas parce qu’un employé ne se connecte jamais aux apéros virtuels que cela en fait une personne malheureuse dans son travail ! Néanmoins, ces indicateurs permettent d’en savoir un peu plus sur son baromètre « bonheur ».

podcast leadership

Les autres outils de mesure

Parallèlement à cette approche, sachez qu’il existe d’autres moyens qui vous aideront à mesurer le bonheur au travail dans votre entreprise.

La réputation

À l’instar d’un employé malheureux, le salarié bien dans son travail ne se prive pas de le dire sur le Web. Introduire des mesures bien-être pour les travailleurs comme les frigos Buddha-Station participent notamment à la notoriété de votre société.

Si l’employé approuve cette initiative, il la mettra en avant sur des sites d’évaluation d’entreprises tels que Glassdoor ou Indeed. Avec des avis positifs, la valeur de votre entreprise augmente et vous permet de vous imposer face aux compagnies rivales.

Il en va de même pour la certification d’excellence. Il est possible de se faire évaluer sur vos pratiques de management et de bien-être afin d’obtenir un label prouvant que vous êtes un employeur de choix.

La certification Great Place To Work permet aux compagnies d’entreprendre le processus d’accréditation. Si vous réalisez un score d’au moins 70%, vous décrochez le fameux label Great Place To Work et accédez à une réputation accrue grâce à ce bon classement.

L’analyse externe

D’autres outils d’analyse sont disponibles partout sur le Web. Des sociétés comme Moodwork ou OfficeVibe se spécialisent dans l’étude du bien-être professionnel et vous aident à améliorer la qualité de vie de vos employés.

En payant des programmes conçus par des prestataires externes, vous pouvez évaluer le bonheur de vos employés à l’interne et agir pour optimiser votre entreprise à différents niveaux : santé, psychologique, climat social, etc.

Le diagnostic à l’interne

Si vous préférez investir dans des solutions bien-être plutôt que dans des outils de mesure du bonheur au travail, vous avez toujours la possibilité de concevoir vous-même vos questionnaires.

En vous aidant de sites Web gratuits comme celui de l’Indice de bonheur Léger pour le fond, ou même Google Forms pour la forme, vous pouvez créer vos sondages sur-mesure, basés sur des critères propres à votre entreprise.

Ce processus peut être plus fastidieux que les deux autres moyens énoncés, mais si vous avez un département spécialement dédié au bonheur des employés, il se peut que ce soit l’idée la plus adaptée aux besoins de la société.

Peu importe les moyens que vous choisissez pour mesurer le bonheur au travail, sachez qu’une communication régulière et une intention claire envers vos employés restent une façon idéale de préserver le bien-être dans l’entreprise. En détectant les problèmes à résoudre, il ne vous restera plus qu’à prendre les mesures qui s’imposent et à faire route vers le bonheur professionnel !

En savoir plus sur le bonheur au travail!

Ajouté au panier